Sky is the limit, vraiment?

Il n’y a aucun mal à avoir des limites, et tant mieux si nous les connaissons, les reconnaissons et les acceptons. Connaître ses limites n’a rien à voir avec le fait de se limiter. Deux combats totalement différents.

Se limiter, se faire limiter (contraindre) et imposer des limites en matière de développement de connaissances, d’apprentissages et de perfectionnement des compétences freinent le potentiel des employés en entreprise. Nous freinons puis nous finissons par reculer un peu plus chaque jour. Peu importe le type d’employé; peu importe le type d’entreprise; peu importe ce que l’on entreprend. Gares à ces limites et aux gens qui les imposent.

Reconnaître ses limites, c’est être conscient de soi-même. C’est reconnaitre ses habiletés; c’est reconnaître que certains points peuvent- et doivent- s’améliorer. Ce type de limite, comparativement à celui susmentionné, nous fait avancer. Il nous fait voir de nouveaux horizons, il nous pousse à revoir notre façon de faire, de concevoir, d’interagir, de s’outiller et de s’entourer. Reconnaître ses limites c’est chercher à s’améliorer. PERSONNE ne peut vous en vouloir ou vous blâmer. Vous seul connaissez véritablement vos limites et la raison de celles-ci. Incidemment, vous seul êtes le mieux placé pour décider du chemin à emprunter pour surmonter ces obstacles… que vous vous êtes vous-mêmes mis sur votre parcours. Ceci étant dit, être le mieux placé pour comprendre sa situation n’exclut pas l’écoute et la considération de conseils formulés par des personnes dignes de confiance.

Bien gérer ses limites, c’est rationaliser. Bien gérer ses limites, c’est chercher l’extension manquante pour atteindre l’objectif.

Se limiter : c’est ne pas changer l’ampoule qui vient de brûler parce que celles-ci est trop haute.

Reconnaître ses limites : c’est éviter tout type d’acrobatie en utilisant l’échelle qui nous permet d’atteindre ladite ampoule sans contrainte, sans danger et sans risquer de se morfonde dans le coin du mur parce que nous avons atteint une limite.

La plupart des limites n’est que le résultat de la confection mentale que nous en avons faite.

Sportifs amateurs ou professionnels, tous les jours sont une occasion pour pousser et repousser ses limites.

Handicapés ou personnes avec des limitations fonctionnelles, tous les jours vous êtes appelés à exécuter en fonction d’un aspect contraignant. Ce qui ne vous empêche pas de vous limiter. Vous repoussez ces limites et vous êtes des exemples à suivre.

Sky’s the limit, vraiment?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s