Renforcement pour Leaders

Comme tout bon gestionnaire, vous voulez que vos employés se présentent travailler lundi matin. Comme tout bon leader, vous voulez voir de bons employés engagés se présenter lundi matin. Ceci étant dit, l’un n’empêche pas l’autre, mais par définition l’un a plus un penchant pour une approche et l’autre pour une autre évidemment. Il n’y a aucun mal à ça. Habituellement lorsque votre avant-bras gauche vous pique, vous utilisez votre main droite pour intervenir et je peux vous garantir que votre main gauche ne vous en tient pas rancune.

Revenons à notre fameux lundi matin si vous le voulez bien. Donc, pour y parvenir, le leader (et je vous invite à le mettre en application immédiatement) termine son vendredi après-midi en remerciant ses employés ou du moins en les laissant sur une bonne note. Ainsi, aucun stress, aucune moitié de cerveau craignant de retourner au travail le lundi matin, aucune anxiété reliée à quoi que ce soit. Une simple démonstration de gratitude, gratuite, mais ô combien puissante. Le lundi matin qui risque d’être fort prometteur.

Dans bien des cas, et sans surprise, un employé qui ne se sent pas respecté par son supérieur sera un employé difficilement mobilisable. Le leader en vous doit être quelque peu machiavélique –en penchant vers le bien- et faire en sorte de mobiliser vos employés et de tisser des liens serrés à un tel point que vous rendez la situation difficile pour tout employé qui songerait à quitter votre équipe un jour… trop prit par le sentiment de culpabilité. Un leader (et non un profiteur) qui réussit à faire ceci est très puissant et influent. Sachez user ceci à votre avantage.

Mais ne limitez pas cet avantage qu’à votre personne, faites en profiter votre équipe. Je sais que vous le savez puisque vous êtes des Leaders. Ici je m’adresse aux gestionnaires qui songent à sauter la clôture à l’occasion afin de faire parler le Leaderqui dort en eux. Sachez identifier une situation vous offrant une opportunité d’intervention et d’amélioration.

Prenons l’exemple d’un employé qui prend des raccourcis au travail. Le fait-il parce que vous lui avez permis de le faire (ou votre prédécesseur)? Parce qu’il a lui-même pris l’initiative? Parce que c’est mieux et plus efficace de cette façon? Si vous ne le savez pas, questionnez-le. Si vous le savez, eh bien intervenez en revoyant votre procédure d’exécution de travail. Ici le but évidemment est d’être à l’écoute (vraiment à l’écoute) de vos employés et de revoir le parcours afin de supprimer le raccourci. Si vous acceptez le raccourci, vous cautionnez aussi les risques, dangers et les inconvénients qu’il comporte et vous serez tenu responsable dans l’éventualité où…

On vous rapporte ou bien vous notez vous-même une situation nécessitant une intervention? Vous avez tourné votre langue sept fois, vous avez pris de grandes respirations pour ne pas dire n’importe quoi. Parfait, mais maintenant qu’attendez-vous pour intervenir? Au hockey, un coach n’attend pas entre deux périodes pour réprimander le joueur ayant commis une erreur. Le coach le garde immédiatement sur le banc, souligne le point déficient, lui propose une solution et le renvoie sur la glace quelques instants plus tard pour mettre en application ce que le coach lui a dit.

Un gestionnaire qui a le nez collé exclusivement sur ses opérations, et qui se fout royalement d’un de ses employés qui subit présentement une opération, a un long chemin à faire avant d’arriver à croiser le chemin duLeader, mais ce n’est pas peine perdue.

Méditez sur ce qui suit : que faites-vous lorsque vous avez mal à la tête? Vous prenez un médicament puisque vous n’êtes pas le médicament. Que faites-vous lorsqu’un employé vous occasionne des maux de tête? Vous donnez-vous la peine d’offrir ou de prendre un médicament ou bien vous improvisez-vous comme étant le médicament?

Arrêtons de focuser sur ce qui est mauvais et de relever uniquement les aspects négatifs de vos employés. Soulignez un bon point, même deux, et bâtissez sur ces points tout en rectifiant le tir des éléments défaillants. Mettez les choses en perspective pour agrandir vos horizons. Un chasseur aguerri ne se met pas à côté de sa proie. Il s’en éloigne pour ne pas l’effrayer, pour avoir une vue d’ensemble du terrain et il utilise des jumelles pour agrandir sa vision et mieux percevoir l’horizon. Gestionnaires, pour devenir de bons leaders, ouvrez vos horizons.

Leaders en devenir, ne demandez pas la lune. Exigez plutôt la formation et la fusée pour vous y rendre. L’équipage se formera naturellement et suivra le Leader peu importe les conditions comparativement au gestionnaire perçu (à tort ou à raison) comme étant trop By the Book. Peut-on reprocher à un Leader d’être trop By the Book?

Leaders, transformez vos défis en opportunités et amorcez ce transfert dans les plus brefs délais.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s