Vous consentez à vous faire voler

Peu importe votre titre, votre fonction et votre secteur d’activité, vous travaillez fort pour votre argent et puisque nous sommes au Québec, le gentil gouvernement prend 50 % de votre argent. Vous travaillez fort pour votre argent ; vous faites des sacrifices pour économiser et placer votre argent ; vous tentez de maximiser le bien ou le service que vous recevez lorsque vous transigez votre argent. Vous vous méfiez même des gens qui pourraient vous sous tirer votre argent. Vous êtes comme moi : vous en voulez pour votre argent !

Question : peut-on en avoir pour son argent quand c’est gratuit ?

Vraiment ? Quand j’attends cette formule, mon premier réflexe est de chercher l’arnaque. Gratuit comme dans : achète en 29, on te donne gratuitement le 30ème ? Gratuit comme dans : mon produit ne coûte rien, mais tu devras payer un intermédiaire pour utiliser mon produit ?

Je suis du type qui refuse les échantillons gratuits que l’on tente de me donner au Costco. En dépit de ma méfiance pour le gratuit, j’ai développé des réactions allergiques pour le concept du « sans frais »… comme dans 0 % d’intérêt au financement pour la location d’auto. On me vend le produit en me disant qu’il n’y a pas de frais…comme si j’étais trop stupide pour comprendre que le concessionnaire a déjà inclus tous les frais dans son prix de vente. Je me méfie du gratuit, du  » sans intérêt », mais je me méfie surtout de l’intermédiaire. Le gars qui ne fait rien hormis, me rire dans la face et se mettre un % astronomique du prix de vente directement dans ses poches. Son seul fait d’armes étant d’avoir été présent pour rire de moi et prendre mon argent.

Ça, c’est comme mes grands et sincères amis courtiers immobiliers.

Vous avez besoin d’une nouvelle maison pour accueillir le p’tit dernier dans la famille, vous effectuez donc quelques recherches à gauche et à droite afin de trouver le meilleur courtier ; celui qui connaît votre quartier. Vous comparez quelque peu, vous arrêtez même quelques instants sur Du Proprio et Proprio direct, mais vous n’avez pas le temps pour effectuer une recherche convenable qui répond 100 % à vos besoins. Pourtant, vous savez très bien que vous pourriez trouver quelque chose qui répond parfaitement à vos besoins sans la maudite commission de 4,8 %. Mais bon, puisque vous n’avez pas le temps et puisque les documents notariaux vous semblent trop compliqués, votre réflexe sera alors de contacter le courtier de votre beau-frère afin qu’il effectue tout pour vous. Bien évidemment, vous tentez de faire diminuer la commission, mais en vain.

Munies de ses codes d’accès, moteurs de recherches et accès privilégiés à certaines données d’acheteurs potentiels, en deux-temps trois mouvements, ce professionnel vous trouve quelques acheteurs pour 300 000$. Vous faites le calcul : 4.8 % de 300 000$ = 14 400$, donc il ne vous revient que 285 600$ avant que les taxes ne vous accueillent à bras ouverts.

Si vous aviez payé votre maison 250 000$ et que l’acheteur est sérieux après seulement 48 heures de mise en vente, vous n’hésitez pas longtemps et vous vendez. Pourtant…afficher sur Centris prend environ 3 minutes, donc vous donnez 4 800$ la minute à l’intermédiaire. Aussi bien prendre une journée de congé à ce prix-là et effectuer vous-mêmes vos propres démarches…

D’autant plus, si je vous disais que vous pourriez avoir accès à la même base de données du courtier pour une fraction insignifiante du prix si vous faisiez affaire avec Proprio direct par exemple.

Le client en premier ?

Sachant que le courtier ne fait qu’entrer ses codes d’accès (probablement déjà enregistrés par Google, donc rien à écrire) et consacre un gros 5 minutes à votre dossier, pourquoi continueriez-vous de faire affaire avec ce courtier ou plutôt avec cet intermédiaire qui charge près de 5% sans que l’on ne sache vraiment trop pourquoi ? Vous avez de l’argent à ce point à ne plus savoir quoi en faire ? Si c’est le cas, mon numéro bancaire est le…

L’homme qui payait l’homme qui payait l’homme pour ses beaux yeux… j’imagine!

J’imagine que vous connaissez toute l’histoire du gars qui paie un gars qui paie un gars sans savoir qui est ce gars, pourquoi il le paie et combien il le paie, mais il le paie sans trop poser de question. Non, vraiment ?

Prenons cette histoire si vous le voulez bien et superposez-la avec l’histoire du courtier immobilier. Mais cette fois-ci transportons-nous dans le monde des assurances. Déjà, pour beaucoup d’entre nous, le simple fait de mentionner le monde des assurances, et nous devenons complètement déboussolés. Imaginons-nous maintenant dans une PME sans DRH et/ou sans système intégré de gestion des ressources humaines.

Dans le merveilleux monde du travail, nous partons souvent de bien loin, et nous débutons souvent sur des sables mouvants sans aucune connaissance ou compréhension du phénomène. Ici, même l’instinct de survie n’est pas trop certain de la façon de se comporter, c’est pour dire… À ceci s’ajoute ce qui a été discuté en introduction : votre argent. À qui ferez-vous confiance et à quel prix ?

Plusieurs constats demeurent : vous devez et vous voulez améliorer votre efficacité en matière de gestion des avantages sociaux et de fond de pension ; vous devez améliorer votre service RH dans son ensemble, vous devez arriver en 2017 en frais de TI ; vous devez composer avec un manque de ressources en RH; vous devez composer avec le manque de temps ; et vous devez palier rapidement aux connaissances limitées sur le sujet.

Ainsi, suite à votre reprise de conscience après quelques instants de valse avec le doux plancher, vous prenez une grande respiration et vous décidez donc de contacter votre conseiller financier parmi les 32 000 conseillers autorisés par l’AMF à vendre de l’assurance collective. Par où débuter… Demandez-lui d’abord s’il a une licence en assurance collective. Validez ensuite avec lui s’il a l’expertise pour servir des entreprises comme la vôtre et si l’infrastructure qu’il propose répond à toutes vos questions et besoins.

S’il n’a rien de tout ceci et qu’il prend quand même 70% des revenus en frais quelconque (genre entreposage des broches et agrafes)…quelqu’un (vous) paie quelqu’un (votre conseiller) pour ne rien faire… Mais ça, nous l’ignorons tous puisque ni vous ni moi ne savons combien coûtent ces frais puisqu’ils sont intégrés dans les frais de gestion. Mon gazon est jaune et je commence à comprendre pourquoi celui de mon conseiller est toujours vert et fleuri.

Trouvez l’erreur

Bob veut implanter un logiciel SIRH dans sa PME, tout en gérant son dossier touchant l’assurance collective pour son groupe, mais Bob n’a aucun budget, entre-autre pour l’aider à gérer à leurs justes valeurs les nombreuses transactions et calculs de coût en matière d’avantages sociaux et fond de pension. Hésitant, trois choix s’offrent à Bob:

1. Bob téléphone une connaissance d’une connaissance qui lui propose un service financier à 12 000 $;

2. Bob téléphone un soit disant chum qui à son tour téléphone une connaissance qui l’avait contacté dernièrement pour offrir un service semblable (service financier reconnu par l’AMF) avec une cut qu’il omet de vous dire puisqu’il l’inclut dans le prix et cette connaissance vous recontacte à son tour pour vous indiquer 15 000 $;

3. Bob fait ses propres recherches sur le web, trouve une petite compagnie qui lui explique que son chum qui a téléphoné l’autre personne qui offre le même service se met 3 000$ directement dans les poches simplement à titre d’intermédiaire, en oubliant intentionnellement de le mentionner. Tout comme le fait d’omettre de mentionner que si vous aviez contacté directement cette personne, vous auriez évité la cut et probablement payé entre 10 000$ et 12 000$ pour le service qui ne répond que partiellement à vos besoins. Mais c’est déjà ça et l’amitié ça se paie !

Puisque c’est votre chum, vous lui faites confiance et allez avec l’option 2.

On abuse de la confiance, de la naïveté et de l’ignorance involontaire des clients pour des impératifs financiers…qui n’existeraient pas sans ces mêmes clients guidés à tort par certains conseillers malveillants reconnu par l’AMF.

Nous sommes tellement conditionnés à payer qu’on ne regarde plus où notre argent va ni pourquoi. Nous sommes tellement habitués de payer 1,15$ alors qu’il est affiché 1$ (maudites taxes) que bien souvent, nous ne questionnons plus la justesse et la validité du montant que l’on nous propose. C’est encore plus vrai lorsque les questionnements et les montants concernent un secteur d’activité qui nous est fort peu connu. Nous plongeons, nous faisons confiance et espérons juste que la bonbonne d’air ne soit pas défectueuse pendant que nous effectuons l’apnée.

Omerta à l’AMF? S’en lave-t-elle les mains ou bien approuve-t-elle ce genre de pratique douteuse quoi que légale ?

Recrutement 3.0 et gestion financière intégrée 3.0, c’est là que nous sommes rendues dans le merveilleux monde du travail. L’histoire du gars qui connaît un gars qui pourrait vous aider après quelques téléphones et du graissage de pattes existera toujours. Tu paies et tu ne sais pas toujours pourquoi. Souvent, tu te fais avoir et tu dois repayer une deuxième fois et une troisième pour réparer les pots cassés de la première tentative. Tu paies, tu paies, tu paies…

Jusqu’au jour où tu t’intéresses un peu plus sur le sujet, tu questionnes, tu explores, tu compares et tu t’aperçois qu’en cette ère numérique, l’histoire du gars qui connaît un gars est complètement désuète, surtout lorsque tu découvres des outils et des logiciels RH gratuits comme ceux proposés par CangarooRH, CollageHR ou même Zenefits. Pas de frais cachés et d’honoraires afférents insérés en douce dans la facture finale. En plus, ça répond exactement aux besoins de la personne qui en a justement besoin. Votre conseiller vous en a-t-il déjà parlé?

Vous travaillez fort pour votre argent et j’imagine que vous n’êtes pas du type à allumer un billet de 100$ en guise d’encens dans votre salon juste pour le plaisir de jeter de l’argent indument. Pourquoi confieriez-vous vos dossiers d’assurance collective à un No Name, ayant un titre de conseiller alors qu’il n’agit qu’à titre d’intermédiaire et qui surtout vous rit en pleine face ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s