Êtes-vous un gestionnaire Scott Towel?

Étant plus jeune, mémé Gagné achetait à l’occasion un paquet de 2 Scott Towel de la marque Sans nom afin de résorber et imbiber certaines problématiques que je créais. Ils étaient là, mais je n’y touchais pas pour diverses raisons. D’abord, la marque Sans nomrevient à imbiber du liquide avec une feuille de papier sablé : une vraie perte de temps aux résultats catastrophiques prévisibles. Ensuite, parce qu’à l’époque où je passais la majeure partie de ma vie avec ma grand-mère; avoir du papier essuie-tout dans la maison était une sorte de luxe. Tellement, que ledit papier restait suspendu, contemplant les dégâts au lieu de servir à ramasser ledit dégât. Une sorte de fonction décorative nous aguichant pour l’utilité autre que nous pourrions en faire. En dernier lieu, je ne touchais pas au Scott Towel pour la simple et unique raison que nous avions des guenilles et des éponges. Le classique, quoi! L’utilisation du tissu n’était pas une question de choix écologique, de choix sensé ou bien une question de diminution de consommation, de gaspillage ou de recyclage.

Avec le temps, le Scott Towel s’est démocratisé, les prix de vente ont diminué et la qualité du produit s’est grandement améliorée malgré la prolifération des marques disponibles. Tellement, que l’autre jour, je lavais et polissais de l’asphalte avec mon bout d’essuie-tout qui me semblait toujours aussi neuf, et ce même après une utilisation normalement destructrice pour n’importe quel bout de papier.

Autant, j’ai grandi en consommant et en utilisant frugalement et stratégiquement le papier essuie-tout, autant j’en utilise comme quelqu’un qui vit comme s’il n’y avait plus de lendemains. Depuis que mon beau-père est entré dans ma vie, je dois tuer 3 grands Chênes par semaine. Pourtant, j’ai toujours mes guenilles bleues qui se sont elles aussi grandement améliorées avec le temps. Elles imbibent, elles nettoient, elles ont une longévité convenable pour l’utilisation que j’en fais et elles sont abordables en paquet de dix.

Le pire, c’est que le résultat de l’utilisation que j’en fais, comparativement au Scott Towel, est à peu près meilleur sur tous points, et je le sais. Pas besoin de ré-imbiber, de re-nettoyer et de ré-essuyer. Pourtant, mon réflexe tend dorénavant vers l’essuie-tout plutôt que vers le tissu.

Est-ce attribuable à de la paresse ou à une quelconque impression de gain en temps et en énergie?

J’imbibe, voire, je cache rapidement de dégât, mais en s’y penchant de plus près, nous observons les traits restants, les molécules survivantes, les 2-3 gouttes oubliées. Nous observons et constatons surtout que ledit liquide collant imbibé dans l’essuie-tout n’enlève rien au fait que mon comptoir est toujours aussi collant et risque fort de ramasser la poussière en séchant, Si je tente de terminer le travail encore et toujours avec le Scott Towel, il risque de déchirer et certains bouts resterons probablement collés sur mon comptoir.

Mon opération de 25 secondes, incluant l’essorage de la guenille (notre crainte réside peut-être dans le fait de se mouiller les mains et devoir se les sécher avec le Scott Towel par la suite) devient une opération de 3 minutes durant laquelle nous maugréons contre l’inefficacité de l’essuie-tout pour cette tâche précise. Ça recommence encore et encore…

Qu’allons-nous faire et comment réagirons-nous la prochaine fois? Scott Towel ou guenille, un choix s’impose?

Dans le merveilleux monde du travail, de nouveaux gestionnaires arrivent quotidiennement sur le marché de l’emploi ou le deviennent tout simplement, par la force des choses ou bien par promotion/application. Ils arrivent tous avec les meilleures intentions du monde. Ils ont tous grandi en utilisant la guenille plutôt que le Scott Towel. Ils se sont tous dits un jour ou l’autre qu’ils continueraient d’utiliser ce qui donne le meilleur résultat du premier coup, et que leurs habitudes passées ayant porté fruits demeureraient.

Jusqu’au jour où la réalité du marché de l’emploi les rattrape. Jusqu’au jour où les impératifs financiers et les contraintes de temps venant du directeur immédiat résonnent dans le bureau. Jusqu’au jour où vous ouvrez la porte au raccourci et au chemin le plus facile (pas nécessairement plus rapide).

Ici, aucune critique n’est formulée à votre endroit.

Une simple réflexion se pose : êtes-vous plus du type guenille ou Scott Towel?

POURQUOI?

P.S. L’un n’empêche pas l’autre, mais l’un devrait limiter ou confiner l’autre pour des situations bien précises. Toujours imbibé le résultat indésirable avec du Scott Towelfinit par étendre la zone collante et avec le temps et les couches qui s’accumulent, les mouches à merde viennent s’y déposer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s