Votre salaire est-il trop élevé?

VALEZ-VOUS TOUJOURS LE SALAIRE QUE VOUS AVEZ? Tout le temps et pour toutes les tâches? Un salarié a un salaire basé sur une année comparativement à un employé horaire qui est rémunéré selon un salaire fixe pour une tâche fixe dont nous voyons habituellement le résultat. Je te paie pour 18$ de l’heure et je sais que j’en ai pour 18$ de l’heure. Mais, qu’en est-il pour un salarié, qui, disons après conversion salariale annuelle, gagne 30$ de l’heure? Je te paie 30$ de l’heure mais en ai-je vraiment pour mon argent à chaque heure?

N’IMPORTE QUI PEUT FAIRE TA JOB, SURTOUT AU SALAIRE QUE TU FAIS! J’ai juste besoin d’ouvrir la porte et les gens feront la ligne pour te remplacer, et ce, sans que je n’aie à demander quoi que ce soit, les candidats exigeront volontairement un salaire moins élevé que le tien juste parce qu’ils veulent travailler. De cette façon, je pourrais embaucher 2-3 personnes pour te remplacer cette année, et nous reverrons nos besoins l’an prochain. La job ne sera peut-être pas aussi bien fait qu’en ce moment, mais j’aurai 2-3 employés pour rectifier le tir le cas échéant. C’est un risque et de plus en plus de compagnies empruntent cette voie dite de contournement, pour le moment, et elles semblent bien s’en porter.

Cette approche a ses limites, j’en conviens, mais cette approche fait son chemin. L’uberisation des salaires, ce Cheap Labor 2.0 est bien réel, donc il est trop tard pour faire l’autruche. Pourquoi payer un salarié 50 000$ pour travailler annuellement 2 080 heures si dans les faits, il n’en travaille réellement que 1 800 et fait près de 300 heures de présentéisme ou de travail inefficace?

Cela ne date pas d’hier que l’on tente de nous offrir un produit ou un service similaire à un produit ou service existant, et ce, à moindre prix. Ce qui est nouveau, c’est la multiplication effrénée de l’offre et sa démocratisation. Pourquoi prendre un taxi si Uber peut me l’offrir? Pourquoi m’acheter un vélo si Bixi Montréal peut m’offrir une location? Idem pour Communauto, etc.

Ne faites que penser à tous ces Airbnb de ce monde. En plus de cette mer d’offres et de services à moindres coûts qui bousculent l’échiquier économique traditionnel mondial, et au-delà de l’application totale du concept d’utilisateur-payeur, la personnalisation du produit offert est une variable importante. Ce qui devait être produit en série précédemment l’est fait de façon individualisée et aux goûts des personnalités en temps réel.

Tout change, nos repères s’effondrent, de nouvelles frontières se redessinent, et nos convictions sempiternellement immuables finissent par se reconstruire sur de nouvelles bases, à partir de nouvelles données et nouvelles découvertes. Tous les emplois d’hier, ceux que nous croyions immunisés, ont été gravement atteints. Certains ont disparu, certains n’ont eu d’autres choix que de s’ajuster, et d’autres en sont à leur dernier battement.

Je vous pose donc la question, question taboue qui crée un malaise même lorsque nous abordons positivement le sujet. Donc : pourquoi en serait-il différent avec vos salaires? Vos salaires seraient-ils à l’abri de cette uberisation du monde tel que nous le concevons aujourd’hui?

J’en entends déjà chialer et monter aux barricades contre cette idée. Je ne peux pas dire que j’aime et approuve nécessairement cette idée, cette nouvelle façon de voir et concevoir les salaires offerts. Quoi que non-vendu à l’idée pour le moment, j’ai la certitude que cette pratique de rémunération deviendra peu à peu une norme.

Certains ténors de l’approche classique de l’économie de l’emploi vous diront qu’offrir des salaires par appel d’offres; qu’offrir un salaire X au plus prenant alors qu’il est inférieur au salaire actuellement en vigueur dans l’entreprise, est vouée à l’échec après avoir bien évidemment créé le chaos. Je vous rappellerais que les divers statuts d’emploi de 2017 n’existaient pas en aussi grand nombre en 1960 et je vous rappellerai aussi que la précarité grandissante des emplois nous éloigne des emplois permanents temps plein de nos parents et grands-parents.

Que vous soyez en faveur ou non de cette uberisation de salaires ne changera rien au phénomène. Ce que vous croyez vous regarde, même si vous le partager, mais ne me faites pas croire que vous êtes en mesure de prédire à quoi ressembleront le marché de l’emploi et l’économie du travail en 2032.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s