Le couteau suisse

En famille, au restaurant, à la fin du repas, Bert sort sa trousse portative de cure-dents, je souris. Nous nous promenons dans la forêt, ma fille se plante une écharde dans le doigt, Bert sort ses minuscules pinces, je ne sais pas quoi penser. Fils, aiguilles, petit couteau, briquet, pansements, peu importe la situation, Bond, Bert Bond est là, armé d’un quelconque outil traînant dans ses poches. On ne sait jamais. C’est la définition même d’avoir les poches bien remplies…

Maintenant, lorsque j’ai besoin de quelque chose d’anodin, pour laquelle il est évident que je n’ai pas en ma possession… genre 4 piles AAA ou un timbre-poste pour le Mexique, je balais du regard les alentours à la recherche d’un Bert. On ne sait jamais…

Sans rancune, je n’ai jamais été du type couteau suisse! J’étais plutôt du type couteau de chasse à la John Rambo. Plus gros, plus dangereux, ce couteau était muni d’une boussole, d’allumettes, de fils et d’aiguilles. À peu près la même chose, mais en plus viril. Je le sais, mon père en avait un, alors que moi, je devais me contenter d’un maudit couteau suisse.

Plus jeune, que voulais-tu que je fasse avec une lime à ongle? Un cure-dent en plastique, un mini couteau-scie, ciseaux, fourchette, et tournevis plat!?! Je ne voyais pas l’utilité, je ne constatais que la petitesse de se soit disant couteau suisse versus le couteau de mon père. À la chasse, mon père avait pourtant besoin de ciseaux, fourchette, et ouvre-bouteilles, mais ça je ne le voyais pas. Moi, j’avais tout dans une seule main, alors que lui, devait courir à gauche et à droite pour ramasser l’ensemble de ces outils. Ça, j’omettais de le voir.

En vieillissant, on réalise que le couteau de chasse a une utilité limitée. Malgré le fait qu’on aimerait bien optimiser l’utilisation, on a d’l’air un peu fou de sortir ledit couteau au restaurant pour enlever les saletés que nous avons entre les dents. Alors que le fameux couteau suisse, lui, il survit aux intempéries du temps. Dix fonctionnalités aux bouts des doigts. Autour d’une base consolidant chaque fonction, le choix nous revient d’utiliser une seule fonction ou bien l’ensemble des fonctions, en temps opportun évidemment. Dans les faits, nous n’utilisons pas le couteau suisse, mais bien une seule fonction lorsque le besoin se présente.

Il se présente, nous faisons appel à la ressource. Le tournevis n’a pas besoin de la paire de ciseaux pour définir son utilité, mais celui-ci a quand même besoin d’être rattaché à ladite paire de ciseaux et à l’ensemble des éléments du couteau suisse. Sans quoi, mon tournevis ne serait qu’un tournevis.

Chaque élément fait le tout, et c’est le tout que nous apprécions, et c’est aussi ce tout qui définit la valeur que nous voulons bien accorder à ce bout de plastique.

Dans le merveilleux monde du travail, votre entreprise est un organisme existant grâce au tout qui le constitue. Au bureau, nous avons le service RH, le service de la comptabilité, des comptes à recevoir, du marketing, du légal, etc… Dans les faits, la plupart de ses services fonctionnent en silo, et un service n’a pas besoin de l’autre service pour trouver son utilité et remplir ses fonctions. Mais, si l’un a besoin de l’autre, il trouvera l’utilité et l’aide nécessaire.

L’entreprise, l’organisme, est similaire à ce couteau suisse. Le Core de la Business, est l’agrégat fait en plastique qui unis l’ensemble des fonctionnalités entre elles. Entre autres pour leur donner un sens. Chaque service est une fonctionnalité de ce couteau suisse.

Maintenant, de façon plus micro, vous, dans votre service (couteau), jouez-vous le rôle, ou vous a-t-on attitré le rôle du couteau, des ciseaux, du cure-dent et du tournevis? L’ensemble de ces fonctions?

On ne parle pas d’être le bouche-trou! Ni une roue de secours, puisque vous faites plus que secourir et Patcher temporairement! Vous vous sentez comme l’homme à tout faire, l’homme de l’occasion… qui se présente souvent, encore l’homme de la situation, ou bien l’homme de confiance?

Vous rêviez d’être le couteau de Rambo, mais dans les faits, en vieillissant, vous êtes devenu un bon couteau suisse.

Êtes-vous à l’aise dans cette fonction?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s